Artwork

pamela-chrabieh-2017

Dr. Pamela Chrabieh – Dubai, June 2017

I was born and raised in war-torn Lebanon. My artistic journey started there in the 1990s, during which I studied and practiced Plastic Arts, Sacred Arts and the restoration of icons, first at L’Institut des Arts Sacrés at the Holy Spirit University then the Académie Libanaise des Beaux-Arts (ALBA) at the University of Balamand. I was initiated into various artistic techniques including oil painting, watercolor, egg-tempera, illumination, mosaic, stained glass, photography and drawing. At the time, I started to paint icons and participate in fairs and regional collective exhibitions, and in iconography field trips. Our Holy Spirit University’s and ALBA’s teams were collecting data and studying various artistic/cultural examples of religious and interreligious productions in Lebanon, Syria, Cyprus, Turkey and Greece. In the late 1990s, I completed a Diploma of Higher Studies in Fine Arts – Restoration of Icons at ALBA under the direction of the late Fr. Antoine Lammens, an eminent Belgian restorer of icons attached to the Louvre Museum. The curriculum included heritage preservation and iconography, as well as chemistry, physics, art history, philology and calligraphy. I had the opportunity to restore icons of the 16th-19th centuries in an academic setting and in my studio.

In 1998, I participated in the ALBA collective exhibition “Restored Icons” and contributed to its organization. One of my restored icons belonged to the Lebanese President at that time, Mr. Elias Hrawi.
While pursuing a Minor in Religious Studies and a Master in Theology, Religions and Cultures at the University of Montreal-Canada (1999-2001), I continued to restore icons and to paint. I progressively shifted from the egg on wood technique to oil/acrylic, ink and mixed media on canvas.
I focused in my Master’s thesis on 16-18th c. icons of Aleppo-Syria, and published my first book on Icons in 2003 (‘Icônes du Liban, au Carrefour du dialogue des cultures’, Montreal), followed by a second book in 2006 on my spiritual and artistic journey encountering Islam (‘A la rencontre de l’Islam’, Montreal). I also published several academic papers and online articles in French, English and Arabic, and established online art platforms for my students at the American University in Dubai.
My PhD Thesis (2005) included a section dedicated to Lebanese artists engaged in dialogue and peacebuilding, as well as my two post-doctoral researches (2005-2008) and one of my books published by Dar al Machreq (St Josef University in Beirut, 2008): “Voix-es de paix au Liban” (Voices/Paths of Peace in Lebanon).
I have been teaching undergraduate courses and master’s seminars in Arts and Religions, as well as presenting conferences and organizing art workshops since 2004 (Lebanon, Canada, UAE, Denmark, Italy, France, Cyprus, Turkey, Jordan …).
I exhibited my artwork in Canada, Lebanon, and the UAE.
————————————————————————————————————————————–
EXHIBITIONS AND ART WORKSHOPS

 

Engaging Gazes, Generating Poetry, Paintings Series (Solo Exhibition), and poetry by Drs. Omar Sabbagh and Nadia Wardeh, Visual Communication Forum, Rotunda Gallery, American University in Dubai, April 5 to 29, 2017.

International Women’s Day: Women Who Inspire Us, Intercultural Buffet, Poetry Recitation, Live Artistic Production and Creative Writing Workshops, American University in Dubai, Dubai (UAE), 26-02-2017.

MEST FORUM – Peace Through Arts (organized my Islamic Art and Architecture students’ visual art exhibition and video installations), Middle Eastern Studies Division, School of Arts and Sciences, American University in Dubai, Dubai (UAE), 11-04-2016.

MEST FORUM Al Adha Cultural Event (Art workshop), Middle Eastern Studies Division, School of Arts and Sciences, American University in Dubai, Dubai (UAE), 29-09-2015.

MEST FORUM Al Adha Cultural Event (Live Painting), Middle Eastern Studies Division, School of Arts and Sciences, American University in Dubai, Dubai (UAE), 29-09-2015.

‘War Memory and Art Therapy’ (Art Workshop) – ‘Healing the Wounds of History’ Conference, organized by the Center for Lebanese Studies and the Guerrand-Hermes Foundation for Peace in partnership with the Institute of Diplomacy and Transformation of the Lebanese American University, Byblos-Lebanon – 2011.

‘Muslim-Christian Dialogues’ (Solo Exhibition) – Notre-Dame de Jamhour College, Muslim-Christian National Day, Lebanon – 2010.

‘Hyphen Islam-Christianity’ (joint exhibition with photographer Nada Raphael) – Byblos, Arts and Crafts Center – 2009.

‘Hyphen Islam-Christianity’ (joint exhibition with photographer Nada Raphael) – Beit el Tabib, Beirut – 2009.

‘Hyphen Islam-Christianity’ (joint exhibition with photographer Nada Raphael) – Gesu Center, Festival of the Arab World, Montreal, 2009.

‘Muslim Christian Dialogue’ (Solo exhibition) – Canada Research Chair, Islam, Pluralism and Globalization, University of Montreal – 2006.

‘Create Justice, recognize the differences’ (Art workshop and joint exhibition with painter Annie Claudine Tremblay) – ‘Women Doing Theology’ Feminist and Interspiritual Conference, College Jean-de-Brebeuf, Montreal – 09/12/2005.

‘Spiritual Love’ (Solo Exhibition) – the Hut, Montreal – 2004. –        Live painting (Collective Session) – the Hut, Montreal – 02 till 04/2004.

‘Intercultural Week’ (Collective Exhibition) – Canada Heritage Stand, University of Montreal – 2002.

‘Interculturality’ (Collective Exhibition) – Spiritualties and Religions Center, Montreal-Canada – 01/2002.

‘Restored Icons’ (Collective Exhibition) – Académie Libanaise des Beaux-Arts (ALBA), University of Balamand, Lebanon – 12/1998.

————————————————————————————————————————————–

ENGAGING GAZES GENERATING POETRY EXHIBITION, April 2017, American University in Dubai, UAE

pamela chrabieh engaging gazes exhibition poster
Rotunda Gallery, April 5-29, 2017
Paintings by Dr. Pamela Chrabieh (acrylic and ink on canvas)
Poetry by Dr. Nadia Wardeh (Arabic) and Dr. Omar Sabbagh (English)
POETRY BY DR. NADIA WARDEH  


OPENING NIGHT – APRIL 5, 2017

Visual Culture Forum – Dr. Pamela Chrabieh
Engaging Gazes, Generating Poetry: art and poetry
05/04/2017
AMERICAN UNIVERSITY IN DUBAI – READ THE ARTICLE


pamela-al-khaleej-2

—————————————————————————————————————————————-

pamela-chrabieh-al-bayan-uae-2017-arts

Interview by Dalia Bassyouni in Al Bayan (United Arab Emirates), May 5, 2017.

دبي – داليا بسيوني نظرات وعبارات… واقع الإنسان وتمرد الألوان

 ————————————————————————————————————–
—————————————————————————————————————————————–
Untitled
al-machreq-online-june-2017-pamela-chrabieh
——————————————————————————————————————-
——————————————————————————————————————-

PREVIOUS ARTWORKS AND EXHIBITIONS

السلام عليكم 20162017 Al Salamu Alaykum Collection
Mountains speak to the very core of our creative being, the meeting ‘lieu’ between iconography and calligraphy, the image and the logos …

pamela-chrabieh-art-peace

Acrylic and Ink on Paper

pamela-chrabieh-bikfaya-2016

pamela-chrabieh-art-2016.jpg



‘HYPHEN ISLAM-CHRISTIANITY Joint Exhibition

Pamela Chrabieh Badine (paintings) and Nada Raphael (photography)

Gesu Center, Montreal – Canada, 2009

Beit el Tabib – Beirut, Arts and Crafts Center – Byblos, Lebanon, 2009

The Hyphen Islam-Christianity journey included Canada (Montreal and Toronto), USA (New York and Boston), Lebanon (Beirut, Byblos, Tyr, Zahlé), Paris, Geneva, Sydney, etc.

The project featured also a 700 pages book which was launched in Montreal at the Gesu Center and at the 10th Edition of the Festival du Monde Arabe (10th Edition of the Arab World Festival in Montreal).

pamela-chrabieh-artwork-17

pamela-chrabieh-artwork-16

Al-Madrassa (Oil and Acrylic, 24 x 30 cm. by Dr. Pamela Chrabieh Badine, 2009)


Masha’a Allah (God’s Willing)
(Oil and Acrylic, 24 x 30 cm. By Dr. Pamela Chrabieh Badine, 2009)


‘Art Therapy and War Memory’: four workshops organized by Dr. Pamela Chrabieh Badine, Healing of Wounds History International Conference, November 11-13, 2011, Lebanese American University, Byblos, Lebanon. Under the patronage of the Center for Lebanese Studies at Oxford University and the Guerrand-Hermès Foundation for Peace, in partnership with the Institute of Diplomacy and Conflict Transformation.

Description: “Creative art therapies” are considered to be positive alternatives to “talk therapies” in helping war-torn individuals to deal with their traumas. Participants will be invited to express themselves through various visual arts techniques – especially collage and drawing – and will ultimately create a common work linking their past to their present and future.

Through the art making process, a visual dialogue emerges to allow participants to unravel fragments of their stories. Art provides focus for self-exploration and emotional sharing. The artwork serves as a voice for what cannot be said in words and facilitates the documentation of the experience, which is validating to war survivors. The reality of the trauma and its consequences – fear, mistrust, physical and emotional impairment – are brought to the surface. Through this process, healing begins to take place. As noted by McMurray (1988), “Artistic expression is a doorway to insight, depth communication, and healing… Images show us the unknown faces of our soul and generate energy for change” (p.12).

James and Johnson (1997) state: “The creative arts therapies have firmly established themselves in the treatment regimen for Post-traumatic Stress Disorder (PTSD) patients. Because many traumatic memories are coded nonverbally in kinesthetic and visual forms, the nonverbal media of the creative art therapies are able to facilitate access to these memories (pp.383-384). Visual images are easier for the mind to retain than language. When traumatic events are repressed in a person’s memory, good memories are also often repressed. Through art, the art therapist can assist others to uncover memories and skills of life before the trauma.

For more information about the Conference: 

http://www.healingwoundsofhistory.org/

—————————————————————————————————————————————

Colloque organisé par la Fédération Internationale des Universités Catholiques (FIUC) avec l’Institut Catholique de la Méditerranée (ICM), l’Université Saint-Esprit de Kaslik et l’Université Saint-Joseph de Beyrouth sur le thème suivant : « Fragilité et durabilité du dialogue des civilisations : responsabilité des instances religieuses et politiques ». 

Il s’agit d’une problématique d’actualité qui interpelle nos sociétés en Occident et en Orient et nous stimule en tant qu’universitaires à repenser et promouvoir le dialogue et le vivre ensemble. Ce colloque, par la problématique qu’il traite, requiert une recherche interdisciplinaire qui intéresse nos Facultés et Instituts.

Le colloque aura lieu les 28 et 29 octobre 2009 et comprendra des interventions d’universitaires locaux et internationaux. Vous êtes vivement invités à prendre part à cet événement, et spécialement à la journée du 29 octobre qui aura lieu à Kaslik. Nous vous prions de faire circuler le programme du colloque dans vos réseaux respectifs. Dre Pamela Chrabieh coordonne au nom de la FPT de l’USEK les activités de la journée de l’USEK du jeudi 29 octobre 2009. De plus les organisateurs ont choisi une des toiles de Dre Chrabieh intitulée ‘La parole du milieu’, lesquelles sont exposées au Centre Gesu de Montréal – Québec, Canada, pour les affiches, les cartons d’invitation et la couverture du livre des actes du colloque.


Dr. Pamela Chrabieh Badine

 MUSLIM-CHRISTIAN DIALOGUE

Spiritual Encounter and Art Exhibition

March 25, 2010

Notre Dame College, Jamhour, Lebanon

Member of the Spiritual Commission, Dr. Pamela Chrabieh Badine exhibited her paintings and miniatures.


Samples – Artworks (2000+)


L’icône et l’Islam: Pamela Chrabieh

Reportage Radio Canada, 2006

Cette jeune Libanaise, qui a vécu les horreurs des bombardements de son pays à l’été 2006, a décidé d’ouvrir sa foi chrétienne à l’autre grande religion, l’Islam.
Le reportage de Jean-Robert Faucher (03-12-2006)

Datée du 18e siècle, cette icône de la Vierge de Kikkos (région de Chypre), dont Pamela Chrabieh exhibe une reproduction, a nécessité trois mois de travail qui lui ont redonné son éclat d’origine.

L’Ancien Testament interdit de représenter ce qui n’a pas été vu par des yeux d’hommes: c’est pourquoi Dieu ne figure jamais sur les tableaux. Mais la venue sur terre de Jésus de Nazareth a permis l’épanouissement d’un art religieux où le fils de Dieu occupe une place de vedette. «Les icônes s’attachent à montrer la réalité des saints et les grands événements de la liturgie, souligne Pamela Chrabieh, étudiante au troisième cycle à la Faculté de théologie. En plus d’être des œuvres d’art magnifiques, elles sont des véhicules visuels de messages sacrés et culturels.»
Mme Chrabieh ne fait pas qu’étudier les icônes dans le cadre de son doctorat, elle s’applique à restaurer les Christ en croix, Vierge et l’Enfant, anges célestes et autres saints des Écritures. Le terme «icône», du mot grec eikon signifiant «image», est généralement réservé à un dessin peint sur un panneau de bois. Les plus précieuses datent du 6e siècle jusqu’au 19e et ont été très abîmées par le temps.
Ces dernières années, l’étudiante a restauré une quinzaine d’icônes des 17e, 18e et 19e siècles. Formée selon la méthode du père Antoine Lammens, restaurateur de réputation mondiale attaché aux Musées de France, Pamela Chrabieh considère chaque icône à restaurer comme un malade à soigner. «On nous appelle “les médecins des icônes”.» Cette comparaison avec le domaine médical est symbolique de l’approche scientifique qui sous-tend le travail de restauration et de conservation de ces objets d’art. «Des règles et un code de déontologie régissent le travail du restaurateur dont le but est de parvenir le plus près possible de l’image d’origine tout en préservant l’histoire de l’icône», affirme Mme Chrabieh.
Pour la jeune femme de 24 ans, l’archange Michel occupe une place de choix. La première icône qu’elle a restaurée pendant ses études à l’Institut de restauration des icônes de l’Université de Balamand, au Liban, représentait ce saint protecteur. «Les écoles iconographiques byzantines, grecques, coptes et russes réservent une place particulière à ce prince des anges, signale la théologienne. Il est le chef des armées célestes.»

Travail de bénédictin

Sur la reproduction que montre à Forum Pamela Chrabieh, l’archange Michel est vêtu d’un habit de cavalier guerrier, une épée à la main droite. «Il s’agit probablement d’une œuvre peinte par un iconographe syrien de la fin du 17e siècle. Le support en thuya, un bois surtout utilisé en Égypte et en Éthiopie, témoigne des échanges avec le monde copte d’Alexandrie.»

Après sa restauration, la valeur de cette icône de l’archange Michel a presque doublée,est passée de 200 000 $ à plus de 300 000 $.

L’icône du saint protecteur, qui appartient à l’évêché grec orthodoxe du mont Liban, était très endommagée du côté gauche. «Un mastic à base d’huile, de colle et de sciure de bois avait été appliqué à cet endroit par un artisan afin de camoufler la dégradation de l’œuvre, raconte Mme Chrabieh. Cette mixture empiétait sur la couche picturale originale et attaquait les glacis par son acidité élevée.» Après la restauration, qui a pris plus de six mois, la valeur de l’icône a presque doublé, passant de deux à plus de trois cent mille dollars. Une icône crétoise du début du 17e siècle (La rencontre de Jésus avec saint Jean-Baptiste) sur laquelle Mme Chrabieh a travaillé pendant près de deux ans a été estimée à plus de trois millions après la restauration.
«Chaque icône est un cas unique et exige maintes analyses chimiques et tests électromagnétiques, dont des radiographies et des examens aux rayons ultraviolets et infrarouges. Cette préparation, qui permet de déterminer les matériaux utilisés dans la production de l’œuvre, est nécessaire pour situer chronologiquement, géographiquement et historiquement l’icône à restaurer», allègue l’artiste. Elle est également indispensable pour pouvoir poser un diagnostic et proposer un traitement. «Ce dernier est provisoire; il change au fur et à mesure que le processus de restauration évolue.»
La restauration d’une icône est un travail de bénédictin. Selon les altérations et leurs causes, le restaurateur doit parfois fixer plusieurs fois l’enduit de craie qui recouvre la toile de lin sur le panneau de l’icône. «Le “refixage” est une opération qui consiste souvent à injecter, à l’aide d’une seringue, des collagènes d’origine animale dans cette préparation. Avec une spatule chauffante, la surface de l’œuvre, préalablement protégée avec un papier spécial, est ensuite aplatie afin de fixer les soulèvements de la couche picturale et de la préparation», explique Mme Chrabieh.
Il faut ensuite nettoyer la couche protectrice. Le restaurateur déloge la saleté, la cire et les autres résidus à l’aide de solvants spéciaux et d’un scalpel, ce qui exige une grande dextérité et une patience d’ange. Vient par la suite l’allègement de cette couche noircie ou jaunie. «Sans pousser au dévernissage, il faut amincir la couche pour lui redonner sa fonction de protection et d’optique», signale la restauratrice. Enfin, pour raviver les coloris, on étend de minces aplats de peinture et des glacis avec un fin pinceau.
«L’application ne doit pas être illusionniste. Il est important de respecter l’identité de l’icône, son harmonie et ce qui constitue son unicité», écrit l’étudiante dans le dernier numéro de Dire, la revue des cycles supérieurs de l’Université de Montréal.

Le ravage des insectes

Depuis le concile de Nicée II, en 787, la vénération des icônes est légitimée au même titre que celle de la croix ou du livre des Évangiles. Du moins pour les chrétiens. Le culte des images pieuses s’est développé à une époque où la majorité des fidèles ne savaient ni lire ni écrire. Ils ne connaissaient la Bible que pour l’avoir entendu réciter au cours des offices. Comme une image vaut mille mots, l’icône est devenue une source d’enseignement, une sorte de «catéchisme en bande dessinée», selon l’expression de l’étudiante.
«Chaque couleur, chaque détail iconographique est significatif, soutient-elle. Par exemple, le rouge symbolise la divinité et la royauté alors que le blanc reflète une paix intérieure. Les iconographes russes utilisaient beaucoup le blanc pour illuminer les visages de ceux qui avaient rencontré Dieu.»
Dans l’icône, la lumière diffuse émane d’abord des personnages. Mais l’icône elle-même est par essence claire et lumineuse. Lorsque ce n’est pas le cas, c’est que le temps a fait son œuvre. «Le pire ennemi des icônes est l’humidité», dit Mme Chrabieh. Un mauvais contrôle de la température risque d’entraîner un processus d’altération; c’est à ce moment-là que les insectes telles les mites commencent leurs ravages. «Il faut alors injecter au revers de l’icône un produit à base de paraxylène, utilisé dans la fabrication du plastique, et d’autres matières chimiques afin d’arrêter leur action dévastatrice.»
Après de nombreux voyages d’études en Turquie, en Syrie, en Grèce, en France et en Italie, Pamela Chrabieh a décidé de poursuivre sa formation à la Faculté de théologie pour approfondir ses connaissances sur l’art religieux. Sous la direction du professeur Jean-François Roussel, elle fait sa thèse sur «le pluralisme iconographique et l’interspiritualité». À travers les tableaux sacrés et les «icônes vivantes», c’est-à-dire les êtres humains, elle espère contribuer à une meilleure compréhension du conflit interreligieux qui sévit au Moyen-Orient.

Dominique Nancy (dans Forum, Université de Montréal, édition du 12 novembre 2001, volume 36, no. 11)


Souvenirs de notre groupe d’étudiants-es et du P. Antoine Lammens à l’Académie Libanaise des Beaux-Arts de l’Université de Balamand (Liban) 1998-1999 – Exposition d’icônes du Patriarcat d’Antioche des 16e-19e siècles que nous avions restaurées (ALBA, Sin-el-fil, Liban, Décembre 1998).

Le P. Antoine Lammens et son groupe d’étudiants-es en Restauration des icônes
Pamela Chrabieh (en rouge), P. Antoine Lammens (au centre)
Exposition Icônes restaurées, ALBA (Liban), décembre 1998

Pamela Chrabieh entrain de restaurer une icône à l’ALBA (Liban) – 1999 –

Pamela Chrabieh et l’équipe du P. Antoine Lammens – décembre 1998 –

Extrait d’un article dans la Revue du Liban (décembre 1998) sur l’exposition Icônes du Liban

Extrait d’un article dans An-Nahar (1999)

Pamela Chrabieh – au coin inférieur de la photo – entrain de restaurer,

Atelier de l’ALBA (Liban)


Catalogue de l’exposition ‘Icônes restaurées’ (ALBA, décembre 1998)

READ THE L’ORIENT-LE-JOUR ARTICLE ABOUT THE EXHIBITION AND ALBA’S TEAM