Fiers d’être bavards

Hier soir au centre-ville de Beyrouth près de la place des Martyrs. Agora citoyenne

Plus de 40 jours que la révolution du 17 octobre au Liban est en cours. Des centaines de milliers de citoyens et citoyennes de toutes générations et appartenances investissent pacifiquement les places publiques, les rues et les réseaux sociaux.

En dépit de la décentralisation du mouvement et l’inexistence d’un leadership ‘vertical’, les revendications communes sont nombreuses: la formation d’un gouvernement indépendant du pouvoir en place, la lutte contre la corruption et la paralysie étatiques, des mesures d’urgence pour mettre fin à la crise économique, une nouvelle loi électorale inclusive, des élections parlementaires anticipées, et la déconfessionnalisation du système de gestion socio-politique de la diversité.

En d’autres termes, les libanais révolutionnaires revendiquent le droit de vivre dignement et en paix. Comment le font-ils? En chantant, dansant, formant des chaînes humaines, dialoguant, etc., et ce à l’aide de marmites, de musique, de graffitis, d’un savoir-faire au service de la communauté, d’une pensée critique, et beaucoup de bavardage.

Dire que le bavardage est futile, c’est oublier que l’interaction sociale et la communion humaine n’auraient jamais vu le jour sans conversations, et de là, sans prise de parole, écoute et respect mutuels, entraide et solidarité… Dire que le bavardage est synonyme de commérage et échanges verbaux insensés, c’est ne pas reconnaître la puissance des libanais (une partie des libanais) à diriger leur propre destin. Dire que le bavardage est un excès de paroles, c’est passer outre son importance dans la construction d’une société pluraliste.

En fait, le bavardage est un instrument indispensable pour des individus qui veulent devenir sujets à part entière. Celui-ci est même devenu une pratique de choix depuis le 17 octobre puisqu’il fait entendre les voix que l’histoire contemporaine du Liban a marginalisées depuis la guerre des années 70-80 du siècle dernier au détriment de celles des faiseurs de guerre, des mafieux et des corrompus. Le bavardage révolutionnaire n’est pas un écoulement incontrôlé d’un parler exercé par une collectivité ‘hystérique’ à la solde des ambassades, ni artifice, mensonge ou impuissance. Lorsque les révolutionnaires bavardent à longueur de journée à la télé, sur Facebook, Twitter et WhatsApp, et au cœur des grandes villes et des villages du Sud au Nord du Liban, et de la capitale à la vallée de la Bekaa, ils partagent leurs souffrances, leurs malaises et leurs rêves. Le bavardage est ainsi métaphore pour dire leur quasi-absence de l’espace public, mais aussi leur résistance culturelle, leur plaisir, et leur complicité. Ainsi, le bavardage devient lieu de pouvoir.

Si la révolution du 17 octobre ne fait pas (encore) rouler les têtes de ceux qui les ont trahis, volés et assassinés, elle aurait du moins réussi à transgresser les interdits, à briser les tabous, à faire éclater des dynamiques de protestation, et à construire des ponts intercommunautaires et intergénérationnels. Elle aurait réussi à incarner la prise de droit par le fait de dire, et à délivrer de nombreux libanais de leurs mémoires meurtries et des ghettos des identités meurtrières.

Towards Inclusive Societies in the Middle East Conference Full Report

Our conference’s full report (“Towards Inclusive Societies in the Middle East”
Ayia Napa, Cyprus, October 31 – November 2, 2019) by Karis Ailabouni:
“Inclusive societies based on equal rights remain at a distance as the Middle East continues to face radicalized religious and political movements. In light of this, Dar al-Kalima University College of Arts and Culture and the Christian Academic Forum for Citizenship in the Arab World (CAFCAW) organized its fifth international conference entitled, “Towards Inclusive Societies in the Middle East”, held in Cyprus from October 31 to November 2, 2019. The conference gathered 47 scholars, activists, and experts from around the world with the aim of stimulating critical dialogue on the factors that hinder equitable societies in the region. In an effort to practice inclusion, 29 (61%) of the conference participants were women, while 9 (19%) were youth under the age of 35. In addition, participants came from diverse national backgrounds. The majority hailed from the region, namely Palestine, Lebanon, Egypt, Jordan, Syria and UAE. However, participants also joined from the USA, Canada, Sweden, the Netherlands, Austria, Germany, and the UK. The conference provided also a forum for Arab scholars from the diaspora to connect to their peers from the region. The forum’s diversity of participation inspired an unparalleled interdisciplinary, ecumenical, and interreligious discussion, through which participants could explore issues from multiple perspectives.

Following a welcome dinner on October 31, the event consisted of eight sessions and 22 paper presentations over two days. Sessions I and II provided a theoretical framing of inclusivity in political and theological terms. This led into sessions III and IV, which tackled gender justice as a critical form of inclusivity. On day 2, the morning consisted of two sets of parallel sessions. The first contextualized inclusivity through specific insights from Lebanon and Egypt, while the second brought unique interdisciplinary approaches to the theme- from philosophy, to germ theory, to natural resource management.

The conference also made space to include a flash panel on the revolution currently unfolding in Lebanon. As a scholarly forum rooted in everyday realities, it was necessary to include this session given its relevance to the themes of the conference and to the sociopolitical context of the region at large. Lebanese participants shared their diverse perspectives from the ground, reflecting on the opportunities and challenges of the revolution as a platform for people to affect social and political change.

Several important themes emerged from the discussions surrounding these sessions. Firstly, the bondage of minoritization and sectorization in the Middle East poses a challenge to inclusive societies. Through histories of colonialism and authoritarianism, Christians have been constructed to think of themselves as minorities and, therefore, inherently disempowered. This phenomenon calls for a radically inclusive, popular theology that rejects sectarianism.

Inclusivity, then, requires societies in the Middle East to learn from local history so that they might deconstruct oppressive power systems inherited from colonialist and authoritarian regimes. Rather than reproducing exclusivist modes of authority, there is an urgent need to build new social contracts that empower the participation of all people in public life. This necessitates not only the building of new political systems, but also a sociocultural shift in which people begin to understand political participation not as a privilege, but as an essential dimension of their being.

Therefore, there is a need to pursue a collective journey towards inclusive societies. This was brought to light in discussions tackling gender justice, as many women’s movements are already carving a place for themselves as equal citizens. For example, women are at the front lines of the revolution in Lebanon. Meanwhile, women Islamic activists in Palestine are challenging the dominant culture by studying Islam and building their religious practice. In addition, women in the Evangelical Church in Egypt are struggling to become ordained leaders in their church through subversive ministry. Youth in the Middle East are also actively excluded from participation in public life. Research presented in the conference showed youth’s growing disillusionment with their future. Although they are eager to better their own community, many feel they must ultimately go abroad to realize their dreams. The problematic of Arab youth and women’s exclusion calls for participatory processes that allow the marginalized in society to make their voices heard.

Finally, the conference concluded with a discussion of pressing topics that might be addressed in future conferences. The recommendations emphasized by participants included the following:

Public theology of the religious other
Liberation from exploitation and authoritarianism
Technology, Religion and virtual realities
The role of education in social change, peace, and reconciliation

CAFCAW executive committee decided to choose the theme of Education for the next year with a working title “The Future of Education in West Asia and North Africa: Education for the Future.”

The conference was utilized as a platform to launch Telos magazine (www.telosmagazine.org), a new online magazine with a focus on public theology.

In addition to the stimulating discussions that surrounded these sessions, one of the greatest successes of the conference occurred informally. Academics and activists from around the world were able to build new connections with one another, creating a network where ideas and experiences could be exchanged. As one participant noted, the conference succeeded in developing a community of scholars and practitioners. This allowed not only for rich and critical dialogue, but also opened endless possibilities for future”.

Source: Dar al Kalima University of Arts and Culture

CAFCAW Executive Committee
Telos Wana Magazine Editorial Committee

Standing Together in a World Divided – Bangkok Consultation

My video conference has been screened a few hours ago in Bangkok – Thailand.

STANDING TOGETHER IN A WORLD DIVIDED – Consultation developed by the Presbyterian World Mission and the Advisory Committee on Social Witness Policy (ACSWP) of the Presbyterian Church (U.S.A.), (PCUSA).
Bangkok – Thailand, November 1-6, 2019.
My paper will be available in due time (“Christian Responses in Western Asia: Case Studies”).

Full video here.

عن الحوار الإسلامي المسيحي، ذاكرة الحرب وبناء السلام في لبنان

Interested in the subject on Interfaith Dialogue, War Memory and Peacebuilding? This is the full version of my article, and you can have access to the PDF file on Telos’ site: https://www.telosmagazine.org/

Jbail-Capitale du Dialogue et de la Convivialité (Byblos, Liban)

Avec Sheikh Nokkari, P. Rai, et les convives du Mufti de Jbeil Sheikh Al-Laqis pour un iftar des plus généreux. Une occasion de célébrer la naissance de l’organisation non-gouvernementale “Jbail-Capitale du Dialogue et de la Convivialité” (J.C.D.C)
جبيل عاصمة الحوار والعيش المشترك

Repenser la gestion de la diversité religieuse et culturelle entre le Liban et le Canada

Les cas d’étude et de comparaison entre le Canada et le Liban ne sont pas récents, et suscitent encore aujourd’hui l’engouement de plusieurs chercheurs, vu que ces deux pays sont marqués par la diversité religieuse et culturelle. Une diversité qui pourrait constituer un terreau de dissensions, ou une pratique et un horizon de convivialité et de paix.

Au Liban, des individus et des organisations non-gouvernementales revendiquent des changements dans la gestion de la diversité. Au Canada, avec les revendications particulières de communautés religieuses et culturelles, ainsi que l’intégration de l’expression du phénomène religieux dans l’espace public comme dans les secteurs académiques, médiatique et juridico-politique, les défis de non-discrimination sont multiples.

En fait, tant au Liban qu’au Canada, on cherche continuellement à repenser la place du religieux dans l’espace public et à réformer le système de gestion des composantes de ces deux pays, tellement différents mais aussi semblables à bien des égards.

(Extrait de mon introduction à la 4e table-ronde du colloque “Les communautés de l’Etat du Liban” à l’USEK, 22 mars 2019)

Du choc des titans et de la culture de la guerre

Mon article paru ce matin dans l’Orient-le-Jour (Beyrouth – Liban) sur la nécessité de déconstruire la culture de la guerre et d’édifier une culture de la paix. C’est le énième article que je publie sur ce sujet depuis les années 90. La guerre est continue au Liban. Elle n’est pas que physique, elle est surtout psychologique et culturelle.

Voilà des années que le Liban vit au rythme de guerres de paroles, de mémoires meurtries, d’identités meurtrières, d’autoritarisme et de crises sociopolitique, économique et environnementale.

Dans cette saga libanaise aux allures de choc de titans, les héros ont bel et bien disparu, laissant la place aux fanatiques, démagogues, corrompus, méduses, sorcières du Styx, montagnes de détritus, scorpions monstrueux, sacrifices humains et maléfices de Hadès.

Près de trois décennies après la fin des combats, il est triste de constater que le pays n’est pas en mode « postguerre ». En fait, la guerre est continue, et les leçons qui auraient dû être tirées n’ont pas pu l’être, justement parce qu’une véritable construction de la paix n’a pas eu lieu, et ce en dépit des initiatives de certains groupes et individus œuvrant pour la convivialité et un système sociopolitique aconfessionnel assurant l’unité dans la diversité des voix(es) libanaises. Une chose est de faire taire les canons, de faire disparaître les frontières territoriales et de constamment faire miroiter bonheur et prospérité ; une autre est de renouer le contact entre les communautés et d’établir des liens solides au-delà des dissensions et des clivages.

Comment penser et vivre une catharsis salutaire lorsque le Kraken de la culture de la guerre constitue la toile de fond du Liban contemporain? Cette culture s’impose comme réalité du quotidien physique et virtuel. Avec son cortège de djinns et de démons, elle enflamme les esprits, sème la zizanie et ravage les vies. Elle est à la fois le produit et le producteur de choc de titans, un cercle vicieux formé d’oppresseurs et d’opprimés, d’accapareurs de pouvoir, de démunis et de boucs émissaires.

Chaque instant qui passe sous l’emprise de la culture de la guerre creuse davantage le fossé entre Libanais, sanctifie l’assassinat du semblable et du différent, transforme le meurtre en devoir, banalise les suicides individuel et collectif, et interdit toute réflexion critique, toute évolution et toute richesse émanant de la diversité.

Tant que la culture de la guerre sévit dans les cœurs, les criminels continueront de perpétrer leurs crimes et les victimes de mourir par omission. Tant que cette culture existe, l’étripage des dieux se poursuivra. Tant que l’hégémonie culturelle est celle de la guerre et non de la paix, on ne pourra garder l’espoir face aux bouchons inextricables du passé et à la léthargie étouffante du présent, révéler les non-dits, muer la douleur en souvenir fondateur et retenir la principale leçon de la guerre, de toute guerre : qu’elle ne se reproduise plus.

SOURCE: https://www.lorientlejour.com/article/1157956/du-choc-des-titans-et-de-la-culture-de-la-guerre.html